Depuis leur création, Les Glénans ont toujours cherché à sensibiliser et responsabiliser les adhérents à l’environnement. Alors que la saison estivale bat son plein, voici quelques rappels qui seront utiles lors de votre stage.



Préserver les fond de posidonies lorsqu’on jette ou remonte son ancre au mouillage

Les fonds abrités de faible profondeur (entre 0 et 10m), de sable ou de vase, sont souvent propices au développement des herbiers de posidonies (ou zostères), des plantes à fleurs sous-marines qu’on confond à tort avec des algues. Formant de véritables prairies, elles jouent un rôle essentiel en stabilisant les fonds, et offrent un riche habitat aux poissons, mollusques et hippocampes. Elles sont reliées entre elles par des rhizomes (tiges souterraines). On risque fort de les arracher en labourant les fonds avec l’ancre. Mieux vaut apprendre à reconnaître les taches foncées caractéristiques que forment les herbiers, et ne pas mouiller dessus, d’autant que la tenue de l’ancre n’y sera pas des meilleures.

Préserver les stocks de poissons lorsqu’on pratique la pêche de loisir en croisière.

Maquereau, bar, bonite, thon, dorade coryphène, lieu… On peut pêcher de nombreuses espèces à la traîne depuis son voilier. Mais pour éviter l’épuisement des populations, il faut s’astreindre à respecter les tailles minimales autorisées, et donc rejeter à la mer les poissons juvéniles qui ne se sont pas encore reproduits. Pour apprendre à reconnaître les poissons, vous pouvez vous référer aux fiches récapitulatives du Guide Environnement ; les stagiaires de Marseillan et Bonifacio peuvent, en attendant la sortie de leurs guides dédiés, consulter le Bloc Marine Méditerranée. On trouve dans le commerce des lignes réglementaires, prêtes à l'emploi et très simples d’utilisation.



 

Préserver les habitats et les nids lorsqu’on débarque à terre pour une balade

Débarquer sur les îles lorsqu’on a mouillé devant, ou avoir la chance d’y passer une semaine en stage, est l’un des grands plaisirs qu’offrent Les Glénans. Pour autant, il ne faut pas oublier que vivent en ces lieux paradisiaques toutes sortes d’oiseaux, que vous allez forcément déranger, même sans le vouloir. Plus vous marcherez près de l’eau, moins vous risquerez de perturber huîtriers pies et gravelots à collier interrompu, qui nichent en haut de la plage. Si vous les voyez s’agiter, voler bruyamment en cercle autour de vous, c’est que leur nid n’est pas loin et qu’ils sont effrayés : rebroussez chemin, ou changez de direction. Et munissez-vous de jumelles pour admirer tout ce petit monde le plus discrètement possible.

Préserver la tranquillité des parcs ostréicoles et des pêcheurs en pleine action

Des centaines de milliers de bateaux de pêche sillonnent les mers du monde simultanément ; le plaisancier en croise donc très régulièrement. La flottille est variée et permet de pratiquer la pêche industrielle (chalutière de fond et pélagique, à la senne, thonière, drague), artisanale, traditionnelle et polyvalente (filets maillants, palangres, casiers...) ; difficile pour les non-connaisseurs de s'y retrouver ! Certaines techniques de pêche peuvent s'avérer dangereuses pour un voilier qui navigue sur zone. De jour, il faut donc chercher les parcs ostréicoles, les flotteurs et les lignes ; rappelons qu'un navire à voile faisant route doit s'écarter de celle d'un navire en train de pêcher. On reprend sans hésiter ses cours de permis côtier pour vérifier les feux et marques de jour et de nuit, les règles de barre et de route.

Télécharger le Guide environnement Vannes/Ile d'Arz
Télécharger le Guide environnement Archipel/Concarneau
Télécharger le Guide environnement Paimpol