On vous dit tout de Fulmar, le Sun Odyssey 389 qui navigue entre Concarneau et les Antilles pour les niveaux 3 et 4.




Confort, stabilité de route et sens marin sont les maîtres mots de ce dériveur lesté de 10,98m dessiné par Marc Lombard. Très bien équipé en électronique (pilote, AIS, traceur extérieur…), il dispose aussi d’un panneau solaire sur le roof qui lui permet d’être autonome en énergie durant les navigations hauturières des stages Transat. Avec une vitesse cible de 8 nœuds, équilibré à la barre et bon marcheur à toutes les allures grâce entre autres à son tirant d’eau de 1.98m, il est aux dires des moniteurs qui ont encadré à bord « sain et tolérant dans toutes les conditions » ; il reste raide même surtoilé, et sa carène à bouchain évolutif passe très bien la houle. Toutes les écoutes sont ramenées à l'arrière. Etai larguable, génois 3 ris, trinquette arisable, tourmentin et spi asymétrique (sur delphinière) complètent sa garde-robe ; coté motorisation, on trouve un Yanmar 30 ch. Le plan de pont est des plus agréables et offre une ergonomie optimale, avec un double poste de barre à roue, un accès à la mer par jupe basculante, et des panneaux de pont flush. Dans le cockpit, on trouve une table centrale ; une capote et un bimini protègent des ardeurs du soleil. A l’intérieur du Sun Odyssey 389, large de 3.76 m, les volumes sont conséquents et l’atmosphère respire l’élégance. On retrouve le style contemporain propre à cette gamme de croiseurs racés, tout en bois massif et inox étincelants, et les trois cabines doubles sont plutôt spacieuses.